logo Le TempsA peine arrivé, le nouveau procureur général genevois lance six chantiers prioritaires pour améliorer le fonctionnement de la juridiction, définir les besoins et clarifier sa politique

 

Il ne fera pas mentir sa réputation de bourreau de travail. A peine entré en fonction, le nouveau procureur général genevois, Olivier Jornot, impose une dynamique qui tranche résolument avec un morne passé. Lors d’un point presse, mené lui aussi tambour battant, le patron du Ministère public a évoqué sa conception du poste et détaillé ses six priorités les plus immédiates. Vertige garanti.

Action symbolique

Il a commencé un 1er avril – et cela n’avait rien d’une blague – par une action symbolique. Une visite dominicale à la permanence de l’Hôtel de police (où son prédécesseur, Daniel Zappelli, s’était justement vu reprocher de ne jamais avoir mis les pieds), pour voir travailler les procureurs sur le terrain des arrestations. Lundi, le programme était encore plus chargé. Prise de contact avec l’ensemble, ou presque, des collaborateurs, rencontre avec la presse et séance de travail pour définir les besoins de la juridiction.

Ceux-ci sont nombreux et ne font pas uniquement référence à un problème d’effectifs. D’humeur conciliante, Olivier Jornot a déjà fait sienne certaines recommandations du Conseil supérieur de la magistrature. Il se dit ainsi acquis à la nécessité de devoir mieux délimiter le rôle des premiers procureurs et de rendre plus lisible la politique pénale choisie. «Les intentions de la maison devront être formalisées», dira-t-il.

En matière de communication interne, le magistrat se veut aussi soucieux d’une plus grande ouverture. «Il faut que les gens se sentent à l’aise de parler.» Questionné sur la marge de manœuvre des procureurs vis-à-vis des médias, il a assuré que personne ne sera bridé sur ses dossiers mais que les questions de politique criminelle resteront le domaine réservé du procureur général avec possibilité de déléguer.

 

>> Lire la suite de l'article  sur le site de :logo Le Temps  

                                                   www.letemps.ch